Accueil » Soigner ses douleurs et blessures et réduire l'inflammation » Douleur du pied, de la cheville ou de la jambe » Exercices et étirements pour soigner la périostite tibiale

Exercices et étirements pour soigner la périostite tibiale

En cas de périostite tibiale, il est conseillé de réaliser des exercices et des étirements pour soulager et soigner les douleurs au tibia.

Les exercices doivent permettre de reprendre le sport, et la course le plus tôt possible, et de soigner la périostite plus rapidement.

Dans cet article, retrouvez 7 exercices pour soigner la périostite tibiale, à faire chez soi.

Sommaire :

À LIRE:  Les symptômes de la périostite tibiale

 

Exercice 1 : Renforcement des mollets (genou tendu)

Les exercices de renforcement musculaire sont à réaliser tous les 2 jours.

Le premier exercice fait travailler l’ensemble des muscles du mollet, principalement le triceps sural.

Le renforcement des muscles du mollet doit permettre de renforcer les muscles, et le tissu osseux, afin qu’il puisse mieux absorber les chocs pendant la course.

Cela permet donc de soulager la douleur au tibia, mais aussi de prévenir la périostite.

exercices périostite tibiale renforcement mollets

Consignes :

    • Placez-vous sur une marche, ou des livres empilés, pour avoir l’avant du pied posé, et le reste du pied jusqu’au talon dans le vide (⅔ dans le vide).
    • Montez sur la pointe de votre pied, le plus haut possible, sur une jambe.
    • Restez 1 seconde en haut, puis redescendez doucement sur 2 à 3 secondes, le talon le plus bas possible.
    • À faire sur 10 à 15 répétitions.

 

Exercice 2 : Renforcement des mollets (genou fléchi)

En pliant le genou pendant le mouvement, on cherche à renforcer les muscles plus profonds, à savoir le muscle soléaire, et le muscle tibial postérieur, deux muscles à travailler en cas de périostite.

renforcement mollet genou plié

Consignes :

    • Placez-vous sur une marche, ou des livres empilés, pour avoir l’avant du pied posé, et le reste du pied jusqu’au talon dans le vide (⅔ dans le vide).
    • Montez sur la pointe de votre pied, le plus haut possible, sur une jambe.
    • Restez 1 seconde en haut, puis redescendez doucement sur 2 à 3 secondes, le talon le plus bas possible.
    • Pendant tout le mouvement, gardez le genou plié à 30° environ.
    • À faire sur 10 à 12 répétitions.

 

Exercice 3 : Renforcement des cuisses et des mollets

Cet exercice renforce à la fois les cuisses (quadriceps), et le muscle profond du mollet (le soléaire). Il est comparable à l’exercice de la chaise, mais en restant sur la pointe des pieds.

Ces deux muscles sont très importants pour absorber les contraintes pendant la course à pied.

renforcement cuisses et mollets

Consignes :

    • Placez-vous contre un mur, les genoux pliés à 80 degrés environ. 
    • Vos pieds doivent être écartés à la largeur de vos hanches.
    • Ensuite, mettez-vous sur la pointe des pieds sans changer la position.
    • Tenir la position 30 à 45 secondes.

 

Exercice 4 : Renforcement de la cheville (proprioception)

Cet exercice a pour but de renforcer les muscles autour de la cheville pour améliorer la stabilité. Il s’agit donc d’un exercice de proprioception.

Pour réaliser l’exercice, vous pouvez utiliser un coussin d’équilibre, ou n’importe quel plan instable mou (coussin, tapis mou replié…).

renforcement cheville proprioception 

Consignes :

    • Placez-vous sur un coussin mou, ou n’importe quel plan instable, sur une jambe, genou très légèrement fléchi.
    • Gardez l’équilibre sur plusieurs secondes.
    • Écrasez le plan instable en appuyant avec votre gros orteil, le plus possible pendant le mouvement.
    • Pendant l’exercice, contractez bien le fessier, pour ne pas vous affaisser sur votre hanche, et laissez le bassin chuter de l’autre côté.
    • Tenir l’équilibre sur 30 à 45 secondes.

À LIRE: 10 exercices pour soigner l’entorse de cheville

 

Exercice 5 : Sauts sur place (plyométrie)

Les exercices de sauts permettent de renforcer les os, notamment en favorisant une meilleure densité osseuse. De plus, ils renforcement également les muscles, et les tendons des jambes.

Les os, et les tissus conjonctifs, deviennent rapidement réfractaires à un stimulus d’exercice, ce qui suggère que de courtes périodes d’activité (< 10 min), avec des périodes de repos relativement longues (6 h), est la meilleure méthode pour entraîner ces tissus.

Quand on est sportif, et coureur à pied, le travail de plyométrie est important également en prévention des blessures.

sauts corde à sauter

 

Consignes :

    • Réalisez des sautillements sur place, comme si vous faisiez de la corde à sauter.
    • Soyez “souple” sur vos genoux, et tonique dans vos rebonds.
    • Imaginez que vous sautillez sur un sol brûlant.
    • Ne pas forcer si la douleur augmente.
    • À faire sur 30 secondes au début, et augmenter progressivement semaine après semaine pour atteindre 5 minutes.

 

Exercice 6 : Étirement mollet et cheville

Les étirements sont à réaliser tous les jours sur les premières semaines.

Le premier étirement permet d’étirer particulièrement un muscle du mollet et de la cheville : le muscle tibial postérieur.

Ce dernier est souvent plus raide chez les sportifs souffrants d’une périostite tibiale.

 

etirement mollet cheville

 

Consignes

    • En respectant la position de la photo ci-dessus, étirez votre mollet de la jambe arrière, en amenant votre bassin vers l’avant, tout en maintenant votre talon au sol.
    • Gardez le genou plié à 30 degrés environ, et ramenez-le vers légèrement vers l’intérieur pendant l’étirement.
    • À ne pas faire si vous avez mal au genou pendant l’étirement.

 

Exercice 7 : Étirement des orteils

Cet étirement permet d’assouplir les orteils, en ciblant le muscle long fléchisseur des orteils. Ce dernier est également souvent plus raide chez les coureurs ayant une périostite tibiale.

etirement des orteils

Consignes :

    • Avec votre main, ramenez votre pied et vos orteils vers vous pour étirer le dessous de votre pied.
    • Étirez manuellement votre voûte plantaire, et vos orteils.
    • Aidez-vous de votre main située sur votre talon pour augmenter l’étirement.
    • Maintenez l’étirement pendant 30 secondes.

À LIRE: Séance d’étirements après la course à pied

Vous pouvez retrouver l’ensemble des exercices pour la périostite tibiale dans ma vidéo YouTube suivante :

 

Programme d’exercices pour la périostite tibiale

Un programme complet d’exercices, et d’étirements, doit être suivi pendant le traitement de la périostite tibiale. 

En plus des exercices, et étirements précédents, il faut ajouter les exercices suivants :

Exercices de gainage, pour renforcer la sangle abdominale et les lombaires.

Exercices pour muscler les jambes, principalement les fessiers, les quadriceps, et les hanches.

Ce programme doit être suivi sur plusieurs semaines, 3 à 6 semaines minimum.

 
Besoin de soigner efficacement et durablement votre périostite tibiale ?
 
Téléchargez votre programme complet de 6 semaines (PDF) à faire chez vous (planning d’exercices, gestion de l’entrainement et de la douleur, conseils course à pied, alimentation sportive).
 
 

 

Quel sport faire en cas de périostite tibiale ?

En plus des exercices, il faut continuer à faire du sport, en choisissant n’importe quel sport qui n’augmente pas les douleurs au tibia. Les sports portés comme le vélo, la natation, ou le vélo elliptique, sont conseillés.

Si la course à pied n’est pas douloureuse, il est conseillé de continuer à courir avec une périostite. Cependant, il faut veiller à s’arrêter dès que les douleurs au tibia apparaissent. De plus, il faut s’assurer de leur absence le lendemain matin, avant de retourner courir.

 

Traitement de la périostite tibiale

Pour soulager la périostite tibiale, le traitement suivant est conseillé :

    • Repos avec maintien d’une activité physique (non douloureuse).
    • Mettre de la glace sur votre tibia.
    • Masser votre périostite et votre mollet.
    • Prendre un anti-inflammatoire(optionnel).
    • Suivre un programme d’exercices de rééducation.
    • Réduire le volume d’entrainement.
    • Modifier sa foulée de course, en augmentant sa fréquence de pas entre 170 et 185 foulées par minute.
    • Suivre une alimentation équilibrée, et qui soutient la santé osseuse.
    • Dormir suffisamment et optimiser sa récupération.
    • Porter des semelles orthopédiques, si nécessaire.

Retrouvez l’ensemble du traitement dans mon article suivant :

À LIRE: Comment soigner la périostite ? Le traitement

 

 

D’autres questions après la lecture de cet article ? N’hésitez pas à m’écrire vos questions et commentaires en bas de la page.

Informations fondées sur les dernières recommandations et données médicales et scientifiques

 

NB : Cet article n’a pas pour but de remplacer une consultation médicale qui reste la solution à privilégier et à conseiller.

 

Sources :

L’effet d’une intervention de sauts à fort impact sur la masse osseuse, la rigidité osseuse et les paramètres de condition physique chez les athlètes adolescents
Effet de l’entraînement de saut à faible répétition sur la densité minérale osseuse chez les jeunes femmes
Efficacité de l’entraînement contre résistance ou de l’exercice de saut pour augmenter la densité minérale osseuse chez les hommes ayant une faible masse osseuse : un essai clinique randomisé de 12 mois
Cinématique des extrémités chez les coureurs à pied avec et sans antécédents de douleur au tibia médial
Influence de la fréquence de foulée sur la blessure au tibia et la douleur antérieure au genou chez les coureurs amateurs
Association de la force isométrique des muscles de la hanche et du genou avec risque de blessure chez les coureurs
Caractéristiques de la force musculaire de la cheville et des orteils chez les coureurs ayant des antécédents de syndrome de stress tibial médial
Raideur musculaire de la jambe postérieure chez les coureurs ayant des antécédents de syndrome de stress tibial médial
– Le rôle de l’abducteur de la hanche et de la force du muscle rotateur externe dans le développement de la douleur tibiale médiale à l’effort: une étude prospective

Découvrez mon livre pour vous aider à vivre en bonne santé

De vrais conseils pratiques, efficaces et directement applicables au quotidien pour réussir à changer ses habitudes et à adopter un mode de vie sain, sans frustration.
comment vivre en bonne santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *