Aller au contenu
Accueil » Soigner ses douleurs et blessures » Douleur du pied, de la cheville ou de la jambe » Déchirure musculaire du mollet : traitement et guérison

Déchirure musculaire du mollet : traitement et guérison

Définition  |  Symptômes  |  Diagnostic  |  Traitement  |  Rééducation et exercices  |  Temps de guérison  |  Course à pied  |  Prévention

 

Qu’est-ce qu’une déchirure musculaire du mollet ?

La déchirure musculaire du mollet, aussi appelée claquage, est une blessure fréquente causée par un étirement ou une contraction musculaire excessif exercé sur les muscles du mollet, situés à l’arrière de la jambe. Il s’agit donc d’une blessure qui provoque une déchirure des fibres musculaires à cause d’un stress mécanique important, entrainant des saignements au sein du muscle, pouvant former un hématome et un oedème (1). 

Cette blessure survient le plus souvent dans des sports comme la course à pied, le football, et le tennis, mais peut aussi survenir durant les activités quotidiennes, comme monter des escaliers, courir derrière son enfant ou pour prendre le bus.

Le mollet est composé de deux muscles sur la face postérieure de la jambe : 

  • Le gastrocnémien, aussi appelé jumeau, divisé en un compartiment interne et externe, qui donne au mollet sa forme arrondie.
  • Le soléaire, situé en profondeur, entre le gastrocnémien et l’os du tibia.

Ainsi, la déchirure du mollet touche le plus souvent le muscle gastrocnémien interne, à la suite d’un mouvement brusque de flexion du pied. La déchirure du muscle soélaire, très fréquente également, survient progressivement à la suite de mouvements répétés de flexion du pied pendant la course à pied. La déchirure du gastrocnémien externe est plus rare (2). Parfois, elle peut aussi toucher l’aponévrose, une membrane de tissu conjonctif entourant le muscle

 

Quels sont les symptômes ?

Avec une déchirure du mollet, vous pouvez ressentir les symptômes suivants :

  • Douleur située à l’arrière du mollet.
  • Douleur lancinante au repos, qui s’accentue lorsque vous essayez de marcher ou bouger votre pied.
  • Gonflement du mollet avec un oedème.
  • Tensions et crampes musculaires du mollet.
  • Douleur lorsque vous fléchissez votre pied, ou ramenez les orteils vers vous.
  • Douleur à l’étirement du mollet.
  • Un bruit de claquement ou de craquement au moment de la blessure.
  • Un changement de couleur de la peau au niveau de la blessure (rougeur ou hématome).

La douleur peut apparaitre soudainement, après un sprint ou un changement rapide de direction (tennis, football), ou progressivement, ce qui est le plus souvent le cas chez les coureurs à pied longue distance (marathon, ultra marathon, trail), durant des entrainements intenses ou longs.

Les symptômes de la déchirure musculaire du mollet peuvent être plus ou moins graves, en fonction de l’étendu de la blessure (3) :

  • Grade 1, qui correspond à une déchirure “légère”, ne touchant qu’une petite partie des fibres musculaires. Il n’y a pas de perte de force ni d’amplitude, seulement une douleur du mollet qui se manifeste le lendemain de l’activité.
  • Grade 2, qui correspond à une déchirure “modérée”, avec environ la moitié des fibres musculaires déchirée. La douleur est immédiate, et s’accompagne d’un gonflement et d’une perte de force.
  • Grade 3, qui correspond à la déchirure “grave”, où la totalité des fibres du muscle est déchirée. La douleur est très intense, le gonflement important, et la perte de force quasi totale.

Enfin, les symptômes de la déchirure musculaire du mollet peuvent parfois être confondus avec ceux des courbatures du mollet, de la tendinite d’Achille, ou de la phlébite.

La phlébite, due à la présence d’un caillot de sang dans une veine, est potentiellement grave. Les symptômes sont très similaires à ceux de la déchirure du mollet. Pour cette raison, il est important de consulter votre médecin pour établir le bon diagnostic.

À LIRE: Les symptômes d’une courbature

 

Comment savoir si j’ai une déchirure musculaire ?

Pour établir le diagnostic d’une déchirure musculaire du mollet, une consultation chez votre médecin sera nécessaire. Il pourra alors vous examiner, effectuer les tests nécessaires, et évaluer vos symptômes pour établir le bon diagnostic.

Parce que la déchirure musculaire peut être confondue avec des courbatures, une tendinite, ou une phlébite, seul un professionnel de santé qualifié pourra vous permettre de savoir si vous souffrez d’une déchirure.

Enfin, si l’examen clinique ne suffit pas, votre médecin pourra demander un examen complémentaire, pour localiser la déchirure (sur le muscle gastrocnémien ou le soléaire). Votre médecin peut demander :

  • Échographie, pour vérifier les déchirures ou l’accumulation de liquide autour des muscles du mollet.
  • IRM, pour vérifier la présence de caillots sanguins, d’une déchirure, ou d’une hémorragie interne.

Toutefois, la gravité de la déchirure retrouvée à l’examen ne permet généralement pas de déterminer le temps de guérison, car la douleur et les délais sont très variables d’un individu à l’autre.

 

Traitement

Les premiers jours, l’objectif du traitement est de limiter le gonflement, calmer la douleur, et ne pas aggraver la blessure. Ainsi, le protocole suivant est recommandé (4):

  • Repos, en stoppant toutes les activités douloureuses, notamment la course à pied.
  • Appliquer du froid sur le mollet, avec une poche de glace, pour calmer la douleur et limiter le gonflement, 15 minutes, 2 à 3 fois par jour.
  • Surélever votre jambe pour favoriser le drainage et limiter le gonflement.
  • Porter des bas de contention, ou un strap, pour soulager la douleur et limiter l’oedème.
  • Reprendre la marche dès que la douleur le permet, en utilisant si besoin des béquilles les premiers jours.
  • Commencer le protocole de rééducation et les exercices dès que possible.
  • Consommer une alimentation saine et équilibrée, comprenant suffisamment de calories, de protéines, d’aliments anti-inflammatoires et d’antioxydants (5).
  • Prendre un complément de collagène, pour améliorer la réparation des tissus (6).
  • Éviter l’alcool, qui perturbe la récupération musculaire, et la guérison des tissus (7).

Pour calmer la douleur, il est conseillé d’éviter la prise d’anti-inflammatoire, en médicament ou en pommade, qui ne sont pas recommandés en cas de déchirure. En effet, ils peuvent perturber et retarder le processus de guérison de la blessure (8). Si la douleur est trop intense, il est préférable de s’orienter vers un médicament antidouleur qui n’a pas une action anti-inflammatoire, comme le paracétamol.

De plus, le massage du mollet et l’application de chaleur sont généralement contre-indiqués en phase aiguë, car ces techniques augmentent le risque d’hémorragie (9).

Cette phase doit être la plus courte possible, 2 à 4 jours maximum. Pour bien soigner une déchirure, il est recommandé de rester actif tant que possible, en reprenant la marche, et en démarrant la rééducation dès que la douleur le permet.

De plus, il est conseillé de pratiquer les sports conseillés en cas de déchirure, comme le vélo, la natation, ou le renforcement musculaire des muscles non blessés. Ces activités doivent être pratiquées sans douleur.

Enfin, la chirurgie, bien que rarement indiquée, peut être envisagée dans les cas les plus sévères, en cas de déchirure complète de grade 3.

À LIRE: Les anti-inflammatoires naturels pour calmer la douleur

 

Rééducation kiné et exercices

Dès que la douleur le permet, il est conseillé de démarrer la phase de rééducation en suivant les recommandations suivantes (10:

  • Continuer le protocole pour calmer la douleur tant que le mollet est douloureux et gonflé.
  • Pratiquer des exercices de rééducation, pour récupérer les amplitudes des mouvements, et la force du mollet.
  • Reprendre la marche dès que la douleur le permet, généralement sous 5 jours maximum.
  • Pratiquer les activités sportives non douloureuses, comme le vélo, la natation ou le renforcement musculaire.
  • Reprendre progressivement la course à pied et le sport lorsque le mollet a retrouvé une force identique à celui non blessé, et une amplitude normale des mouvements, sans douleur notable.

Ainsi, les exercices kiné de rééducation doivent être pratiqués sur 8 semaines minimum, car le risque de récidive est très élevé durant les 2 premiers mois qui suivent la déchirure. 

À LIRE: Exercices de rééducation de la déchirure du mollet (claquage)

 

 
Simplifiez et accélérez votre guérison dès aujourd’hui !
 
Mon programme à télécharger a déjà permis à des centaines de sportifs de soigner leur déchirure du mollet naturellement et efficacement ! Il regroupe des exercices en vidéos, des conseils pour gérer vos douleurs, un plan de reprise de la course à pied et bien plus encore… Il n’est jamais trop tard pour commencer à vous sentir mieux et pour longtemps.
 
 

 

Combien de temps pour soigner une déchirure du mollet ?

En moyenne, la déchirure du mollet se soigne sous 1 à 5 semaines. Toutefois, la durée varie en fonction de la gravité de la déchirure (11) :

  • Déchirure de grade 1, le temps de guérison est compris entre 1 et 4 semaines.
  • Déchirure de grade 2, la guérison a lieu sous 2 à 5 semaines.
  • Déchirure de grade 3, le temps de guérison s’étend de 5 à 10 semaines, sans chirurgie.

Le temps de guérison est souvent prolongé lorsque la déchirure du mollet touche également l’aponévrose musculaire.

Généralement, la reprise de la marche est possible sous 5 jours en moyenne, et la reprise de la course à pied sans douleur, sous 2 à 5 semaines.

 

Déchirure du mollet et claquage en course à pied

Avant de reprendre la course à pied après une déchirure du mollet, il faut avoir pratiqué au préalable des exercices de rééducation des mollets, associés à des exercices de renforcement musculaire pour la course à pied . En effet, le risque de se blesser à nouveau après une déchirure est élevé, et est associé à des faiblesses musculaires des mollets, des fessiers, et de la sangle abdomino-dorsale (12).

Pendant la période sans course à pied, la pratique des sports suivants est conseillée : vélo, natation, renforcement musculaire, cardio en salle, rameur, vélo elliptique. Ces sports doivent être pratiqués le plus régulièrement possible, et uniquement si la douleur est absente ou légère, 3/10 maximum.

Dès que la douleur le permet, la reprise de la course à pied après une déchirure du mollet est possible lorsque les conditions suivantes sont réunies :

  • Marche rapide durant 30 minutes sans douleur.
  • Pouvoir réaliser 25 extensions du mollet (pointe de pied), sans différence gauche / droite.
  • Être capable d’effectuer 10 sauts sur place sur le pied blessé, sans douleur.
  • Pouvoir courir sur place durant 1 min sans douleur.

Lorsque vous reprenez à courir, soyez très progressif en suivant les consignes suivantes :

  • Commencez par du plat, à vitesse lente (footing), en alternant 1 minute de course et 2 minutes de marche, pendant 15 à 30 minutes.
  • Adoptez une cadence de course plus élevée (170 à 180 pas par minute).
  • Espacez vos séances de course à pied tous les 2 ou 3 jours, pour surveiller l’évolution de la douleur.
  • Augmentez progressivement au fil des entrainements le temps de course de 30 secondes , et réduisez le temps de marche de 30 secondes.
  • Augmentez ensuite progressivement la fréquence, puis la durée des entrainements.
  • Reprenez les séances intenses et la course à pied en côte en dernier.

Pour faciliter la reprise et soulager la douleur, il peut être utile d’utiliser des talonnettes dans les chaussures de running, et de porter des manchons de compression (13).

À LIRE: Plan de reprise de la course à pied après une blessure

 

Prévention

Plusieurs facteurs peuvent augmenter les risques de développer une déchirure du mollet (14) :

  • Âge plus avancé.
  • Antécédents de déchirure du mollet.
  • Déficit de force du mollet, d’endurance, ou de souplesse.
  • Charge d’entrainement inadapté, trop vite, trop tôt, avec un manque de récupération.
  • Antécédents de blessure au genou, de déchirure aux ischio-jambiers, aux adducteurs, ou aux quadriceps.
  • Manque de condition physique (renforcement musculaire).
  • Antécédents de blessure à la cheville.
  • IMC élevé.

Parmi ces facteurs de risques, certains ne sont pas modifiables, comme votre âge ou vos antécédents de blessures. Par contre, certains conseils peuvent permettre de prévenir les déchirures musculaires du mollet :

  • Pratiquer toute l’année, des exercices de renforcement musculaire des mollets, associés à de la musculation des jambes.
  • Planifier ses entrainements pour gérer la charge d’entrainement, en étant très progressif, et en planifiant des périodes de récupération.
  • Bien s’échauffer avant le sport et les séances de course à pied.
  • Bien s’hydrater toute la journée, et pendant le sport, car la déshydration augmente les risques de développer des dommages musculaires (15).
  • Consommer une alimentation saine et équilibrée, comprenant suffisamment de calories, de protéines, d’aliments anti-inflammatoires et d’antioxydants.
  • Éviter l’alcool, qui perturbe la récupération musculaire, et la guérison des tissus.

 

D’autres questions après la lecture de cet article ? N’hésitez pas à m’écrire vos questions et commentaires en bas de la page.

 

Informations fondées sur les dernières recommandations et données médicales et scientifiques

 

Sources :

  • 1) Muscle strain injuries
  • 2) Magnetic resonance imaging findings of injuries to the calf muscle complex
  • 3) Terminology and classification of muscle injuries in sport: The Munich consensus statement
  • 4) Calf Strain in Athletes
  • 5) Nutritional Support for Exercise-Induced Injuries
  • 6) The impact of collagen protein ingestion on musculoskeletal connective tissue remodeling: a narrative review
  • 7) Alcohol Exposure and Mechanisms of Tissue Injury and Repair
  • 8) A sensible approach to the use of NSAIDs in sports medicine
  • 9) Gastrocnemius vs. soleus strain: how to differentiate and deal with calf muscle injuries
  • 10) The Assessment, Management and Prevention of Calf Muscle Strain Injuries: A Qualitative Study of the Practices and Perspectives of 20 Expert Sports Clinicians
  • 11) Calf Strain in Athletes
  • 12) Kinematic Characteristics of Male Runners With a History of Recurrent Calf Muscle Strain Injury
  • 13) Muscular Calf Injuries in Runners
  • 14) Calf muscle strain injuries in sport: a systematic review of risk factors for injury
  • 15) Dehydration, skeletal muscle damage and inflammation before the competitions among the elite wrestlers
  • Image à la une : Depositphotos.com

Découvrez mon livre pour vous aider à vivre en bonne santé

De vrais conseils pratiques, efficaces et directement applicables au quotidien pour réussir à changer ses habitudes et à adopter un mode de vie sain, sans frustration.
comment vivre en bonne santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.